Pendant les temps d’activités, toutes entreprises sont dans l’obligation de payer une cotisation sociale auprès d’une filiale à laquelle il est rattaché. Ainsi, une fois à la retraite, les salariés peuvent bénéficier d’une couverture retraite sous certaines conditions. Explications !

Le statut des chefs d’entreprise

Sur le monde du travail, il existe deux sortes de dirigeants, dont le dirigeant non-salarié, ou TNS qui sont les gérants de SARL, les entrepreneurs ou les associés et le dirigeant indépendant ou chefs d’entreprise assimilés-salariés ou salariés. Ils ont chacun leurs propres statuts, mais peuvent percevoir une retraite de base et une retraite complémentaire.

Généralement, les chefs d’entreprise sont mal couverts concernant leur retraite de base. La chute des revenus de ces dirigeants salariés atteint jusqu’à 70 % au moment de partir à la retraite par rapport à leurs revenus durant leur activité, la chute peut être encore plus exorbitante pour le cas d’un TNS dont leurs taux de cotisations sociales acquittés durant leur période d’activité sont bien plus faibles. Pour le cas du dirigeant salarié, il bénéficie d’une même couverture retraite qu’un cadre salarié, mais s’acquitte de cotisations sociales plus élevées.

Le calcul effectué pour avoir le cout de la pension aura un impact sur la retraite chef entreprise. C’est ainsi que la retraite d’un chef d’entreprise doit anticiper un peu plus tôt. Il existe des solutions dans ces cas pour se former des revenus complémentaires tels que le PER individuel ou le PEE ou le PER Collectif qui leur permettent de bénéficier des cotisations de retraite complémentaire ou de se constituer un capital disponible à la fin de leur carrière ou encore le versement des mutuelles durant leur période d’activité. Pour cette dernière solution, les chefs peuvent prétendre une fiscalité avantageuse, mais les dividendes diminuent les cotisations sociales.

L’optimisation de la retraite

Les pensions de retraite sont toujours au même standing que les revenus, elles sont donc soumises à l’impôt sur le revenu des salariés. Afin d’optimiser la fiscalité de la retraite chef entreprise, il leur est proposé des solutions à savoir l’épargne qui complètent leurs retraites tout en bénéficiant des avantages.

Plusieurs manières sont proposées afin d’optimiser la fiscalité à la retraite. La solution la plus pratique est le fait d’utiliser en partie le salaire ou les dividendes pour un placement afin de bénéficier des revenus supplémentaires. Faire des investissements dans l’immobilier ou dans les bâtiments locatifs permet au chef d’entreprise de percevoir non seulement les revenus complémentaires, mais aussi un patrimoine qu’il pourra devenir son capital à la revente au moment de la retraite.

Les dirigeants peuvent mettre en place une méthode d’épargne salariale au près de la société, ouvert à tous les salariés sans exception. Être souscrit à ces dispositifs d’épargne offre des atouts fiscaux pour l’entreprise ainsi que pour le bénéficiaire lors de son départ à la retraite. En effet, ces épargnes déduisent les revenus imposables sur les dépenses concernant les dépenses des préparations du départ comme pour les versements sur les produits d’épargne retraite.

Le calcul de la retraite d’un chef d’entreprise

Pour bien préparer le départ à la retraite, un dirigeant d’entreprise doit anticiper à l’avance. Il est important de connaître ses droits de retraite. Pour ce faire, le chef d’entreprise doit disposer de nombreux éléments d’informations comme le taux de retraite qui est déterminé en fonction de son âge et de la durée de cotisation, le nombre de trimestres cotisés qui permet de percevoir la pension retraite à taux plein, et enfin le revenu moyen.Bref, si l’âge légal de départ à la retraite est de 62 ans, cela selon la société et l’importance du poste de la personne pour bénéficier de la pension de retraite.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.